[ pérou ] .
Ica - 07/08/2006@18h25 - Ica

Il nous fallait faire un stop entre Arequipa et Lima, la distance entre les deux villes etant trop importante. On aurait pu s'arreter a Nazca avec ses fameuses lignes, mais on a eu vent de retours negatifs. Donc pour nous ca a ete Ica, sans trop savoir pourquoi.
Apres une nuit de bus sans beaucoup dormir, on nous depose avec nos sacs sur un trottoir poussiereux a l'entree d'Ica. Il est 7h00 du matin et le temps est aussi embrume que nos cerveaux apres cette bonne nuit. On prend le premier taxi qui passe pour Huacachina, car dixit le routard: "Ica est une ville deglinguee et sale". C'est faux, mais ca on le saura plus tard. "Huacachina est une oasis a 10 min d'Ica entouree de dunes de sable" dixit le Lonely cette fois. Dans notre petit taxi jaune, on ne sait pas trop a quoi cela va ressembler, mais au fur et a mesure que nous approchons, nous nous retrouvons entoures de gigantesques collines de sable. Au bout de quelques minutes, une lagune entouree de palmiers apparait. Quelques petits hotels bordent le tour du lagon, l'ensemble ceinturé de collines de sable clair.
On a pris une habitude: apres une nuit de bus, on se recouche et on dort. Vers midi, la brume s'est levee lorsque nous mettons enfin le nez dehors. Le spectacle est saisissant. Les couleurs ont change, l'air est sec et chaud, beaucoup plus chaud que dans l'altiplano des derniers mois. Nous sommes cernes de dunes de sables de tailles gigantesques. C'est dimanche et les Peruviens du coin se retrouvent ici avec un style de "Somos a la playa". C'est bizarre de voir des touristes locaux avec leurs vieux appareils photos autour du cou, on n'a pas trop l'habitude. La, on se dit: "ok, il y a 5 dunes de sable ici et ils en profitent pour attirer les touristes avec leurs cocotiers". On decide donc de monter sur la plus haute dune afin de voir les alentours. Plus facile a dire qu'a faire, puisqu'il nous faudra plus d'une heure et demi pour en atteindre la crete. Et voir ce qu'il y a derriere...
Et derriere, il y a... le Sahara a perte de vue ! Rien que du sable a l'infini. On a l'impression d'etre revenu au Maroc sur la dune de Merzouga aux portes du desert. Nous sommes tellement impressionnes par la beaute du paysage que nous restons scotches tout en haut de notre dune, a regarder le vent qui la deforme lentement et les surfers qui la descendent sur leurs "sand-boards". Et a voir les gadins qu'ils se prennent..., on n'est pas pret d'essayer.


[ Posté par : Rudy | aucun commentaire ]