[ bolivie ] .
Frontiere Argentine-Bolivie - 29/06/2006@01h16 - Villazon

Apres 7h de bus, nous arrivons enfin a La Quiaca, derniere ville d'Argentine avant la Bolivie. Il est 22H, on est creve. On prend la premiere piaule qu'on trouve, chere mais bien. De toute facon on ne passe qu'une nuit ici, le but etant de traverser la frontiere le lendemain. Il fait froid, on a le mal de l'altitude et nos medicaments achetes a Salta ne servent a rien: ils sont pour le mal des transports (oui, oui, on parle toujours aussi bien espagnol).
Apres une nuit reparatrice, nous visitons La Quiaca. Tout le monde nous a dit que la difference est flagrante entre l'Argentine et la Bolivie. Ici c'est beau et riche, la-bas c'est pauvre et sale - je caricature. Il n'empeche que La Quiaca c'est mort. On se demande bien a quoi va ressembler Villazon ville voisine bolivienne.
Mais on est tout de meme content, on voit nos premiere andines. Vieux chapeau melon, le visage bronze et ride, le grand foulard aux couleurs vives pour porte bebe ou autre chose sur le dos, jupe sombre et jupons blancs et gros bas en laine dans de petites sandales deglinguees, elles ne sont pas toujours tres propres les madames mais ca fait tres local.
Vers 12H, nos sacs sur le dos nous approchons de l'Avenida International et de son poste frontiere. Ca grouille de monde. Partout des gens portent ou poussent des marchandises. Lorsque nous arrivons pres du poste, on comprend pourquoi: des tas de marchandises sont entassees a la frontiere cote Argentin et sont passees a pieds cote Bolivien. Au moins 500 personnes s'attelent a cette tache. Hommes, femmes et enfants - boliviens vu leur pauvrete - portent sacs de ciment, de farine ou d'enormes balots de n'importe quoi. On suppose qu'il sont payes au passage puisqu'ils courent tous. Une fois depose le bardas en Bolivie, ils reviennent en courant puis repartent a nouveau charges. Nous nous faufilons entre tout ce monde pour atteindre le poste douanier. Je me fait engeuler car il est interdit de prendre des photos. Non, mais il a vu ou il est ce douanier ?
Une fois la frontiere passee, effectivement ca change. Villazon n'est qu'un enorme marche pas cher ou les Argentins viennent se fournir. Des centaines d'echopes ou tout se vend, du lecteur MP3 aux chaussettes en laine en passant par la cle a molette. On y trouve meme la proprio de notre hostel en Argentine. Ca grouille, on nous bouscule, il y a plein de gargottes un peu crades vendant un peu n'importe quoi qui se mange. Et tout est tres peu cher.
Vu l'Argentine avec son cote europeanise, le changement est brutal. Nous, nous sourions et on se dit: "Aaah, enfin un vrai pays avec des vrais gens !".
On adore et depuis on s'eclate en Bolivie.

(Photos Bolivie)


[ Posté par : Rudy | 1 commentaire ]