[ chili ] .
Descente vers la Patagonie - 02/06/2006@07h52 - Coyhaique

Notre attente obligee a Puerto Montt nŽa pas ete des plus agreable. Froid, vent, pluies glaciales, on a jamais bu autant de "chocolate caliente". Le 31 au soir nous partons chercher nos sacs dans lŽhospedaje glaciale. Direction le port, car la suite du voyage se deroule en bateau: 24H de descente vers le sud afin dŽatteindre Puerto Chacabuco en moyenne Patagonie.
Sacs sur le dos, mouilles car evidemment il pleut, nous nous trouvons un dernier resto face a lŽembarcadere. Style Deschiens, posters de femmes en bikini, fleurs en plastiques et nappes cirees graisseuses, on y mange tout de meme un tres bon saumon frit. Puis on attend... Il nŽy a rien a faire dŽautre de toute facon. A la tele, il y a un remake de la nouvelle star version chilienne. Pitoyable. LŽheure approchant nous decidons de se rechauffer au port dans le hall dŽembarquement. Mauvaise idee car meme sŽil est joli il ne doit pas y faire plus de cind degres.
Vers 21H on embarque enfin. CŽest un ferry avec un style de bateau de croisiere; on doit quand meme y passer la nuit. Le personnel est super cool. On choisi nos chambres et on y met le chauffage a fond. Au bar nous rencontrons Herbert, un chinois de Hong-kong bien sympathique. La nuit est parfaite au chaud (enfin !) dans notre joli cabine en bois. Au reveil nous decouvrons le paysage par le hublot. Il pleut, evidemment. LŽocean est dŽun bleu tres fonce, les rafales de vent creent des lignees blanches sur le haut des vagues. Les couleurs sont glaciales. Au petit-dejeuner, nous decouvrons que nous ne sommes que 20 passagers sur le bateau dont 3 touristes. Bizarre... personne ne visite donc la Patagonie en hivers ?
On pensait pouvoir voir des fjords pendant ce voyage mais au fur et a mesure que la journee se deroule la visibilite tend de plus en plus vers la puree de pois. Nous sommes enveloppe dans du gris.
Bon mais il faut bien sŽoccuper. Et en tant que touristes on a bien le droit de faire un peu les cons. Alors on teste le matos sur le pont superieur! Bonnets, gants, polaire, parka avec capuche vissee sur le crane, le personnel de bord se demande bien ce quŽon peut faire sur le pont quand la pluie y est horizontale. Et bien des photos pardis ! On a lŽair de vrai explorateurs de lŽextreme parti decouvrir la patagonie sauvage a mains nues. CŽetait tellement extreme que lŽappareil photo a failli sŽenvoler ! Mais apres nos 5 minutes dŽexploit sportifs, nous avons retrouve notre radiateur prefere au sec. Sandrine a decide de se passer du vernis a ongle puis de le faire secher a la chaleur de la lampe de chevet. Ceci sous la couette bien entendu. Quant a moi je nŽai plus quitte mon bouquin, Geisha que jŽai heureusement eut le temps de finir avant dŽarriver.
CŽest dur dŽatteindre la Patagonie.


[ Posté par : Rudy | aucun commentaire ]