[ indonÚsie ] .
Le pays Toraja - 20/04/2006@09h12 - Rantepao

Apres quelques jours sur Ubud, nous sommes partis sur les conseils de Pierre l'ecrivain a Sulawesi. Il s'agit d'une ile assez enorme a 500km au nord-est de Bali. On y vient pas trop pour ses grandes villes super moches mais plutot pour s'enfoncer dans le coeur de l'ile dans la cambrousse et atteindre Tana Toraja.
Les Torajas sont une ethnie particuliere comme il en existe beaucoup en Indonesie. Ils ont conserve leurs vies, leurs langues et cultures ancestrales. Ils se sont adaptes comme tout le monde a la vie moderne, roulent en voiture, mattent la tele et les jeunes ecoutent du rock. Mais il ne faut pas creuser beaucoup pour s'apercevoir que leur culture deumeure particuliere.
En arrivant dans cette region on est tout d'abord frappe par la beaute des paysages. La vegetation luxuriante, les rizieres en terrasse, partout de l'eau et du vert. Ils font partie des plus beaux panoramas qu'on est pu voir pour l'instant. Ensuite en traversant les villages, on a l'impression d'etre dans un documentaire d'Arte. Si vous en etes fan, vous avez probablement deja vu les maisons traditionnelles torajas ou tongkonan. Hautes et massives, elles ont une forme qui rappelle un bateau. Construites en bois sur pilotis, finement scultpees, elles presentent souvent suivant l'importance du clan un alignement de cornes de buffle sur la facade. Ces pauvres p'tites betes ont ete sacrifiees suivant le rituel lors de sa construction ou lors d'une ceremonie funeraire.
Une autre caracteristique des Torajas est la facon plutot originale qu'ils ont de (excusez-moi du terme) stocker leurs morts. Apres la seconde ceremonie funeraire (cf news de Sandrine) le corps est place dans un cercueil qui va rejoindre ceux de son clan et suivant les habitudes de celui-ci. Pour certains cela va etre une grotte naturelle, pour d'autre un trou creuse dans un rocher ou encore perche en haut d'une falaise. Je vous passe les "baby-grave" en haut des arbres. On peut visiter ces lieux.. ambiance catacombes puisque les vieux cercueils se sont ouverts avec le temps. Face a ces sites on trouve les tau-tau, statues en bois representant les defuns. Reserves aux castes superieures, ces tau-tau peuvent etre de taille humaine, sont habilles et represente les traits de la personne decedee.
On est dans un documentaire d'Arte je vous dis. Il manque juste la voix off.
La cuisine est elle aussi originale comme les pa'piongs, riz et viande cuit a l'etouffee dans un bambou ou le vin de palme, genre de vin vert et petillant bu a meme le bambou.
Bon tout ca vaut bien le deplacement mais le voyage ici est quand meme difficile. Il ne faut pas prendre les torajas pour des anes, ils ont tres bien compris leur pouvoir d'attraction touristique (en incluant le jeu de mot). Tout se paye et les negociations sont hard. Les guesthouses sont pourrissimes et cheres. Et leur "traditionnal shower", soit une casserole d'eau froide parce la douche n'a pas ete reparee depuis 10 ans, ca nous gave. Pour couronner le tout, la saison des pluies est buguee cette annee: elle ne s'arrete plus. Donc c'est ciel noir, orages et pluies torrentielles tous les jours. Et quand y'a de l'orage, l'electricite saute dans toute la ville. Sympas, les soirees humides eclairees a la bougie.
Bon j'arrete.
Non mais c'est sympa; fot venir.


[ PostÚ par : Rudy | aucun commentaire ]