[ thaïlande ] .
Dans les vapeurs de Hat Yai - 29/03/2006@12h59 - Hat Yai

Petit plantage de décor… Imaginez une grande salle aux murs blancs, eclairee aux neons-tube de la meme couleur, les memes que l’on retrouve au Maroc, en Inde, ou les jeux de lumiere tamisee et les ampoules, c’est pour les riches. Ici on fait dans l’efficacite : ventilos pour rafraichir l’air, chaises en plastique et tables en formica. Quelques posters de filles asiatiques en vogue surement tires d’un magazine jeune ou d’un calendrier viennent cotoyer les inscriptions du menu en thai sur les murs.
Pourtant la salle de cette cantoche a la description austere est bien frequentee : plusieurs familles, des couples et meme des jeunes gens venus seuls. Il faut dire que l’etal, la tout devant sur le trottoir, a tout pour faire se retourner le passant. D’abord, on remarque les hautes tours de bambous, en fait constituees de plusieurs panniers empiles, souvent huit ou neuf… On s’approche, par l’odeur alleches. A cote, une vitrine attire l’oeil immediatement, explosion de couleurs dans de petites coupelles en inox : du jaune, du vert, du rose, de l’orange, du blanc, du noir… On avait deja goutte sur Paris a des vapeurs, gluants et caoutchouteux, sans gout. Pas grand chose a voir avec ces petits pates au porc poses sur un carre de feuille de bananier et agrementes de grains de mais et de batons de carottes, ces rouleaux de legumes aux lamelles de pousses de bambou baignant dans une sauce au soja, ces raviolis fourres a la crevette rose fraichement decortiquee, ces rondelles d’un mélange au porc enveloppees d’algue ou de champignon noir… Toute la sophistication du lieu est en fait la, dans la preparation de ces petits vapeurs tout aussi allechants les uns que les autres.
Alors on se laisse porter par sa salive : un comme ci, un comme cela, et puis un autre. Au final, on se retrouve avec une belle pile de huit panier de bambou prets a chauffer. On s’interroge, combien en prennent les locaux ? Bref coup d’oeil dans la salle pour s’apercevoir qu’en fait on est dans la norme. Les vapeurs sont prets en 10 minutes, les paniers sont etales sur la table, parfaits pour piocher a droite et a gauche en agrementant de sauce soja ou plus pimentee.
Ce petit intermede chinois arrive a point nomme : on commencait a en avoir un peu souper du fried rice, des yellow noodles, soups et autres curries au lait de coco… Qui l’eut cru ?
Pour ceux de passage dans le coin et que ca interesse : Konam Tea Shop, 106 Niphat Uthit Road, Hat Yai.


[ Posté par : Sandrine | 2 commentaires ]