[ tha´lande ] .
Retrouvailles avec Bangkok - 19/03/2006@08h39 - Bangkok

Quoi de mieux que 17h30 - l'heure de pointe - pour arriver a Bangkok : trafic intense, routes embouteillees, le tout sur fond de soleil rougeoyant se couchant sur des tours modernes.
Ah, Bangkok ! C'est par la qu'il y a bientot trois ans nous avons mis notre premier pied en Asie, pour y retourner 1 an et demi plus tard. A chaque fois, on avait limite l'etape Bangkok a 1 ou 2 journees, le minimum obligatoire avant de fuir le bruit, la pollution, pour des destinations plus paisibles. Mais cette fois-ci, c'est plutot l'excitation qui prevaut, celle des retrouvailles avec une ville qu'on connait bien et ou l'on a deja pas mal de reperes. Apres 3 mois de vadrouille dans des endroits toujours inconnus, ca compte ce genre de details.
Nous mettons donc le cap vers le quartier de Kao San Road, le repere des routards. Plusieurs personnes nous ont recommande la Bamboo Guest House, un peu a l'ecart de l'animation de ce quartier tout en etant vraiment a proximite a pieds. C'est vrai que la Guest House est jolie, bien situee et egalement a deux pas de la promenade le long du fleuve. Ce n'est que vers 21h30, apres notre premier vrai green curry thailandais - un delice - que nous decidons d'aller retrouver l'animation de Kao San Road.
Nous restons interloques devant le spectacle grotesque qui y regne : mais qu'ont-ils fait a Kao San Road? Je ne dis pas qu'il y a trois ans, l'endroit etait l'une des places les plus authentiques ou bon enfant de Bangkok, loin de la. On y trouvait deja les camionnettes pour se faire tatouer en moins d'une heure, les etalages de bijoux pour piercing, les fringues de contrefacon Diesel et tous les energumenes qui vont avec. Mais la, quel changement !
La rue vit desormais au rythme de la techno a fond les decibels, des bars tout juste renoves pour coller davantage aux criteres du lounge facon Buddha Bar, avec quand meme jeunes filles en mini-jupes qui se tremoussent sur les balcons. Finis les etalages de chaussures d'occas', plus rares sont les vendeurs d'objets en bois disposes a meme le sol, maintenant on surfe entre les fringues top fashion, les rabatteuses habillees en peau de bete et les locaux qui vous font de vrai-fausses dread-locks pour quelques baths, que meme si vous avez les cheveux courts, c'est possible !
Le touriste de Kao San Road a pas mal change aussi. Avant on y trouvait de vrais routards de passage et de faux baroudeurs echoues la depuis quelques mois - pantalons de pecheur, tatoos et piercings, cheveux longs crasseux-. Aujourd'hui, c'est encore plus drole (ou triste ?). On y trouve un tourisme plus bon enfant de familles venues assister au spectacle. Nos faux baroudeurs sont toujours la, mais moins reconnaissables vu qu'ils sont imites par les jeunots de passage en quete d'identite. Bref, en quelques jours, l'ingenieur tout frais moulu de l'ecole peut s'offrir le vrai look trash du faux baroudeur. Quant aux nanas, c'est ambiance plage : jupe courte et decollete plongeant ! Les routards de passage se font moins nombreux et preferent mettre les voiles le plus rapidement possible pour echapper a tout cela, c'est ce que nous a confesse un routard russe avec qui on avait sympathise au Laos et que l'on a recroise la par hasard !
Tout cela fait la part belle aux chaines venues supplanter les bouis-bouis locaux : Boots, MacDo et meme des vendeurs de Falafel ! Les petites echopes de souvenirs sont maintenant detenues par quelques familles chinoises avec qui il est difficile de negocier... Tout se perd !
Le point positif c'est que cela nous a oblige a nous eloigner dans les rues aux alentours et a decouvrir de nouveaux coins bien sympathiques que l'on sera ravi de retrouver...lors de notre prochain passage !


[ PostÚ par : Sandrine | aucun commentaire ]