[ laos ] .
La demi-boucle des Bolavens - 24/02/2006@13h28 - Pakse

On est la, tranquillement assis a la terrasse d’un petit restau qui donne sur les cascades et la foret et je me demande si tous ces mini-moments pas exceptionnels mais quand meme tres agreables, on s’en souviendra encore, dans quelques annees… Il faut dire qu'il y a encore une heure a peine, un bus brinquebalant nous larguait au bord de la route 16, km numero 38, sous un soleil de plomb.
C’est l’histoire d’un semi plan lose qui a commence hier. Leves a 8h du mat, on descend dans la rue avec nos gros sacs pour trouver un tuk-tuk qui nous emmenerait a la gare routiere Sud, a 8 km du centre de Pakse ou nous avons passe la nuit. L’idee c’est d’y trouver un bus pour aller a Paksong, une ville a 90 km de la, sur le plateau des Bolavens. Le plateau est repute pour ses plantations de cafe, ses arbres fruitiers, ses villages de tribus plutot « locales » puisqu’elles ont garde pas mal d’autonomie, ont leur propre langue et pratiquent encore quelques rituels sympatiques comme le sacrifice de buffalos offert aux esprits… Ca promet !
Bizarrement, notre chauffeur de tuk-tuk, au lieu de nous emmener a la gare routiere sud, nous depose au bout de 3 km sur un terrain ou stationnent pas mal de pick-up tout en nous assurant que oui oui c’est la qu’il faut prendre le bus pour Paksong. Dubitatifs, on descend et on monte dans un des pick-up cense partir dans la demi-heure. La grande attente commence alors… Il faut savoir qu'ici au Laos, comme dans de nombreux autres pays, les transports locaux ne partent que quand ils sont pleins… a craquer !!! Pour l'instant nous ne sommes que 5 a l’arriere, alors qu’on peut encore facilement caser 12 personnes, 40 poissons, 10 volailles, des caisses de Lao beer, des kilos et des kilos de legumes… Si, si c’est du vecu. D’autant que le pick-up ou nous sommes montes semble etre le camion de ravitaillement de toute la region : dans chaque village aux alentours quelques femmes gagnent leur vie en etant commercantes, c’est-a-dire qu’elles font la navette jusqu’au marche de Pakse pour ensuite revendre sur les marches locaux, moyennant une petite commission. Il fallait les voir dans le pick-up, deballant et comparant la qualite des marchandises achetees : vernis a ongles, sandales, poissons gigotant dans des seaux d’eau, brochettes, legumes, breloques…
Au bout d’une heure et demi, on finit quand meme par decoller… sauf que comme ces mesdames vivent dans des villages assez recules et qu’elles sont bien toute chargees de plus de 25 kilos, on se retrouve a faire le tour des popotes pour les deposer devant chez elles : villages paumes, demi-tours et chemins de terre… Vers 13h, on arrive enfin a Paksong, sur le plateau des Bolavens. Deception ! La ville n’a vraiment que peu d’interet, pas meme un endroit ou dormir alors qu’on avait dans l’idee d’y louer des motos pour explorer les alentours et d’y passer la nuit. Il va falloir trouver un plan B.
On decide donc de reprendre le bus et de continuer en s’eloignant un peu plus vers l’Est pour effectuer une boucle qui nous ferait revenir ensuite a Pakse, la case depart, sans revenir sur nos pas : Paksong – Sekong – Attapeu – Pakse.
On arrive vers 16h a Sekong, apres avoir traverse de chouettes paysages de plantations de cafeiers, de bananiers, et des villages depouilles. Une fois de plus, il faut bien avouer que la ville n’est pas follement excitante. Qu’a cela ne tienne, on a entendu dire qu’il etait possible de joindre Attapeu la prochaine etape par bateau, en descendant la riviere. Ah, enfin un peu d’aventure ! Sauf qu’il y a des jours comme ca… Le seul gars du village qui parle a peu pres l’anglais nous explique que les bateaux ne circulent pas, on ne sait pas vraiment pourquoi. En plus meme si on arrivait a Attapeu, la route qu’on voulait prendre pour boucler la boucle a Pakse est impraticable nous dit-il… Il faudra revenir sur nos pas. Quand le sort s'acharne, il faut savoir s’arreter.
C’est comme cela qu’aujourd’hui on s’est refait tout le chemin inverse depuis Sekong, en s’accordant une pause aux chutes d’eau de Tat Fan, avec quand meme la satisfaction d'avoir vu un peu de ce plateau des Bolavens et d’avoir decouvert en ecrasant une petite boule rouge de la taille d’un cassis, deux graines vertes qui ressemblaient de tres pres a… des grains de cafe. Au moins on se couchera un peu moins betes!


[ Posté par : Sandrine | 1 commentaire ]