[ mexique ] .
Quelques jours a Valladolid - 12/09/2006@18h58 - Valladolid

C'est une petite ville quadrillee a la mexicaine, avec ses ruelles comme tracees a la regle autour de la place principale. Ce sont des maisons basses, collees les unes aux autres et delimitees par leur facade coloree - du rouge passe au vieux rose, du vert pastel a l'ocre, de l'orange au blanc casse - le tout agremente d'ornements en stuc blanc. Ce sont des coccinelles qui deambulent dans les ruelles, voitures de collection pour nous autres europeens, certaines flambant neuves, les autres peintes ou refaites a la main. L'autre moyen de locomotion, c'est le velo tricycle monte a l'envers : deux roues devant pour la charette et une roue arriere.

Tout autour de Valladolid, il y a les cenotes, des puits d'eau turquoise, creuses par des rivieres souterraines. Un decor etrange fait de grottes, de stactalites, de trous de lumiere, de racines, ou l'on pique une tete arme de son masque et son tuba. Pratique pour oublier la chaleur etouffante des journees mexicaines.

Le dimanche soir a Valladolid, c'est la fete. L'orchestre municipal vient prendre place sur le Parque Francisco Canton Rosado a 21h petantes pour ravir les plus vieux qui se dehanchent sur des airs de Salsa et de Cha-cha-cha. Pendant ce temps les plus petits s'affairent le pinceau a la main sur des mini-chevalets munis d'affiches de Winnie l'ourson et les plus temeraires font des tours de parc au volant de voitures electriques. Quant aux jeunes, c'est jupes-maquillage-talons pour les filles et gel dans les cheveux-chemise cool pour les gars, y'a de la drague dans l'air.

Et puis sur la 44eme Calle de Valladolid, il y a Antonio Negro Aguilar. Vieux bonhomme de 65 ans, sa bonne bedaine ne nous dit rien sur son passe prestigieux de figure nationale du base-ball mexicain. Et pourtant, a lire tous ces posters dedicaces, ces articles de journaux jaunis, ses decorations fierement exhibees au mur de son magasin, sacre palmares Antonio ! Aujourd'hui, il tient un petit magasin de sport, specialise dans les equipements de base-ball, bien sur. A l'occasion, il loue des bicyclettes aux touristes de passage et en profite pour faire la causette dans un anglais encore bien operationnel. Inevitablement, entre grands sportifs, on finit par aborder le vrai sujet des sportifs : la biere ! Sa preferee, la Corona, parce que c'est la "mas fina"...Quant a la Sol qui tient le devant des rayonnages ici au Yucatan, c'est de la "urina de caballo"... de la pisse de cheval !


[ Posté par : Sandrine | aucun commentaire ]