[ mexique ] .
Road movie mexicain... - 10/09/2006@02h04 - Valladolid

Nous voila donc entasses a 14 dans cette fourgonnette-taxi avec pour comperes de voyage 12 joyeux ouvriers qui rentrent d´un chantier. Ça joyeux, ils le sont : deja en arrivant a la porte de l'estafette, ils se sont tous mis a rire en faisant des plaisanteries que je n'ai pas pu comprendre (surement tres subtiles...) et maintenant chacun a repris son occupation principale a savoir, s'enfiler biere sur biere. Les voisins de Rudy en sont deja à 2 chacun depuis 20 minutes que l'on roule et j'entends le doux bruit des boites qui se decapsulent a l'avant sans trop savoir si le chauffeur est de la partie. A premiere vue, il a pourtant l'air clean.
Le plus drole, c'est quand la nature reprend ses droits sur les litres de biere ingurgites : bref, ces messieurs ont besoin de soulager leur vessie assez souvent ! Arret pipi de mise toutes les 1/2 heure. Tous les gars sortent du vehicule et s´alignent sur le bord de la route pour se soulager, ca fait une belle brochette. D'ailleurs, ils sont un peu genes de ma presence, pris en flagrant delit de petite faiblesse, j'essaie donc de me faire discrete. En tout cas, vu le nombre de combis stationnes avec sa brochette de gars en arret-pipi rencontrés en 1h de trajet, ca a l'air d'etre plutot une coutume nationale !
On arrive quand meme a passer un barrage de flics sans encombres : le chauffeur serait-il finalement reellement clean ou le pot-de-vin suffisamment eleve ? Reponse quelques kilometres plus tard, juste avant d'arriver en ville ou cette fois-ci le policier nous fait gentiment signe d'aller nous garer sur le bas-cote avec demande des papiers du vehicule, du permis, etc. Juste avant qu'il ne descende, nos ouvriers, on ne peut plus solidaires, refilent au chauffeur une chiclette (un chewing-gum a la menthe) que ce dernier se met a macher frenetiquement... Ca s'annonce bien ! Les pourparlers durent pas plus de 20 minutes et se soldent apres dure negociation (et mastication) par une amende de 100 pesos. On n'aura jamais le fin mot de l'histoire.
Mais cela n'a pas l'air d'affecter notre chauffeur debonnaire, d'autant que 100 pesos, c'est le prix que nous avons convenu de lui donner pour nous avoir embarques dans son combi. En somme, rien de gagne, rien de perdu ce jour-la pour lui !
Et sinon, comment s'est-on fourre dans ce road-movie mexicain plutot anime ? Il a suffi de vouloir se rendre aux ruines de Coba avec nos gros sacs à dos en esperant rechopper ensuite un bus pour Valladolid. Sauf que Coba, c'est un peu au milieu de nulle part et que des bus y'en a pas plus de 3 à la journee. Ni une, ni deux, on a donc decide de prendre nos sacs sur nos epaules et de marcher 1/2h jusqu'a l'axe routier principal Tulum-Valladolid, afin de de heler n'importe quel vehicule susceptible de nous embarquer. Et ça a marche ! Ces Mexicains sont formidables.
Aujourd'hui, nous sommes donc a Valladolid. C'est dimanche, jour du Seigneur... repos !


[ Posté par : Sandrine | 1 commentaire ]