[ laos ] .
Passage de fontiere terrestre - 08/02/2006@13h04 - Luang Nam Tha

Pour notre dernier jour en Chine nous avons quitte Jinghong le matin assez tot. Il nous a fallu 5H de bus, de trajet de montagne et de degeulis des passagers pour atteindre Mengla, toujours en Chine. Un rapide plat de nouilles dans une gargotte et nous voila repartis pour trois heures de minivan a travers la montagne. Notre derniere destination s'appelle Mohan, soeur jumelle de Boten au Laos. On a a peine le temps de la voir puisque le chauffeur habitue aux touristes nous depose devant le poste frontiere. Douaniers pas souriants mais le passage s'effectue sans emcombres. Idem de l'autre cote mais a une difference pres: les laotiens font un effort pour parler anglais. Il est 16H en Chine, 15H au Laos et on y est ! Au milieu de nul part, entoure de jungle, mais au Laos !
Notre but est d'atteindre Luang Nam Tha avant la nuit. Mais il n'y a pas de bus et quasiment aucun touriste. Seul des camions et des pickup chargent des ballots de toutes choses au bord de la route. Pour corse le tout, on n'a pas de Kips (la monnaie laotienne). Premier test avec un pickup: la course a 20$. C'est extremement cher, on essaie de negocier. Ca tombe a l'eau. Nos deux gros sacs sur le dos, on s'eloigne du troupeau de camions pour chercher un peu de calme. Un couple de laotiens charge leur pickup sur le bas cote. On leur demande. Ils comprennent la destination mais nous, pas le prix. C'est complique car on veut payer en Yuans ou en Dollars mais pas en Kips. Heureusement un homme arrive et nous propose son aide en interprete. 2$ la course, prix divise par 10. Ca semble plus correct.
Et le trajet devient difficile. La route est dans un sale etat, le pickup est ouvert a tous vents et on est vite baigne dans un nuage de poussiere. Malgre tout le paysage est superbe et on en oublie vite les desagrements de la route. Tout comme en Chine, les collines sont rasees et sculptees par l'homme [Note: pendant que j'ecris cette news, une femme en costume traditionnel fait mine de me vendre un bracelet et me propose en fait de l'opium]. Bref, les collines sont rasees et les chemins pareils a de mini-terrasses sont creuses a altitude constante. Si bien que vues de loin, on a l'impression de courbes de niveau dessinees sur la colline. Sur ces lignes sont plantes des arbres fruitiers ou des theiers. Les vallees sont gorgees de vert, vert des rizieres, des champs de canne a sucre ou forets de bambous parsemees de bananiers sauvages. On sent bien qu'on a quitte le climat froid continental de la Chine pour un climat plus tropical.
A 18H notre pickup s'arrete enfin a la gare routiere de Luang Nam Tha. Il ne reste plus qu'a trouver un endroit pour dormir. La nuit tombant vite et les rues n'etant pas eclairees, la recherche de notre guesthouse se finit a la frontale pour lire le guide.
Malgre cette journee fatiguante, le Laos nous donne un impression tres positive: du calme, de la nature, des laotiens sympathiques, ca s'annonce plutot pas mal.


[ Ajouter un commentaire ]

Thierry - 09/02/2006 à 17h17 - (53)

Tu aurais du en acheter de l'opium puisqu'il paraît que ça soigne tout... même la malaria ;-)